• Manon Saget-Lethias

Interview de Stéphanie - Wapigreenbeauty

Dernière mise à jour : nov. 22

A tous les curieux de passage, je vous salue !


Aujourd'hui, je vous présente un nouveau format, tant pour le blog que pour moi : une interview. J'ai décidé de vous prouver que tout le monde se met petit à petit à faire de vraies transitions écologiques (et pas seulement du greenwashing) en interviewant plusieurs entreprises/marques/institutions qui prennent conscience de la situation et qui essayent à leur niveau de faire bouger les choses.

Parce qu'on pense toujours qu'à notre niveau, les gestes ne comptent pas, je veux vous montrer que derrière les entreprises et les marques qui nous entourent, ce sont des personnes comme vous et moi qui essayent de mettre en pratique leurs valeurs personnelles dans leur travail et de le partager, ce qui permet une diffusion plus grande des produits qui sont meilleurs pour la planète et pour vous !


Je ne vais pas faire de la "pub" pour la marque, l'intérêt est bien de vous montrer la démarche écologique de ces personnes. Je vous laisse être curieux et cliquer sur les liens de la marque en bas de mon article pour aller voir vous même le travail que ces personnes font et produisent, leur communication ainsi que leurs réseaux sociaux si cela vous intéresse.


La première personne à inaugurer mon projet est Stéphanie, fondatrice de l'entreprise de produits cosmétiques Wapigreenbeauty. Elle propose à la vente des produits cosmétiques sains (sérums, démaquillants, hydrolats), avec le moins d'additifs nocifs (même pas du tout d'ailleurs) ainsi que des tisanes, dans une démarche de retour à la nature et ce qu'elle produit pour se soigner, se chouchouter et prendre soin de soi en prenant soin de la planète.


Je vous laisse avec l'interview :


Pouvez-vous vous présenter et présenter votre marque en quelques mots ?

Alors, moi c’est Stéphanie ; on peut dire que je suis maman d’une petite fille. Professionnellement, à la base, je travaillais dans la gestion de l’eau. J’ai vu plein de choses, j’ai beaucoup bougé et voyagé. Finalement, j’ai toujours été intéressée par l’environnement. Puis, je me suis reconverti et j’adore ce que je fais. En ce qui concerne ma marque, je produis des cosmétiques naturels et bio, fabriqués à partir de produits naturels bruts : des huiles pressées à froid, des hydrolats, etc. Je privilégie les producteurs français quand c’est possible.


Comment votre marque est-elle née ?

J’étais encore en activité dans la gestion de l’eau et j’avais une envie de m'orienter plus vers le domaine du naturel, la naturopathie, l’aromathérapie, etc. Et puis il m’est arrivé quelque chose : j’ai eu une maladie de peau du visage, une dermatite, pendant un an et demi. J’ai donc cherché des solutions naturelles dans les cosmétiques, j’ai fait beaucoup de recherche et j’ai commencé à me passionner pour le fonctionnement de la peau et l’utilisation du cosmétique avec une approche Slow Cosmétique. Au départ, c’était donc par besoin, puis quelque chose qui m’a vraiment touché, ça touchait un monde tellement vaste, des domaines qui m’intéressaient vraiment. Je me suis formée et au bout de trois ans le projet s’est formé. C’était long mais très épanouissant.


Définissez-la en trois mots-clés

Je dirais… Naturalité. Efficacité. Et retour à l’essentiel, je sais que c’est plus qu’un mot, mais je trouve ça important que l'on retrouve la matière première brute.


Qu’est-ce qui vous tient le plus à cœur dans votre démarche ?

C’est vraiment d’avoir une démarche cohérente entre ma vie personnelle et ma démarche professionnelle. Au niveau de l’entreprenariat aussi, avoir une certaine liberté pour pouvoir profiter de mes enfants, je trouve ça important.


Quel est le produit qui vous plaît le plus, et pourquoi ?

Je les adore tous alors c’est difficile. Mais ça dépend des moments. Je pense qu’en ce moment, mon préféré est le sérum : un produit deux en un qui permet vraiment d’avoir un produit efficace : un sérum huileux et une crème en même temps. Le petit plus, c’est que les actifs sont produits par des laboratoires à Montpellier à côté de chez moi, dont la fabrication est hyper clean, sans solvants donc il n’y a pas de déchets et en plus, c’est local.


Dans le cadre d’Un Verre de Vert, j’essaye de sensibiliser mes interlocuteurs sur le minimalisme et le zéro déchet, en quoi vous retrouvez-vous dans ces démarches ?

Dans le zéro déchet déjà. Je me suis vraiment pris la tête sur le packaging de mes produits pour qu’il soit le plus clean possible, et je me suis arrêtée sur quelque chose qui m’a semblé le mieux pour l’instant : des flacons en verre (recyclable à l'infini), le compte goutte est fabriqué en plastique recyclé et les flacons viennent tous de France et d’Italie à la place de la Chine, c’est plus cher, mais c'est plus en adéquation avec mes valeurs. De plus, je n’ai pas de suremballage, pas de boite carton autour des produits. Alors bien sûr, ça demande de trouver des solutions comme pour indiquer tout ce qu’il faut sur le flacon. Les boîtes d’envois sont également en cartons recyclés français. Le tout à un prix juste et cohérent pour que le consommateur arrive à s’y retrouver aussi. En ce qui concerne le minimalisme, j’essaye de minimiser le nombre de produits de soin en revalorisant des produits naturels multifonctions qui serviront à créer des produits efficaces et utiles de plusieurs manières. Même le démaquillant fait deux en un : démaquillant et nettoyant. Ça demande de réfléchir un peu, mais c’est important pour moi.


À titre personnel, comment concilier transition écologique et le monde qui nous entoure, parfois réfractaire à certaines idées ?

Tout est dans nos choix de consommation : c’est bête et banal, mais privilégier le local et le bio, ça coûte plus cher, mais on peut s’y retrouver. De même, je n’achète que rarement d’objets neufs, le marché de l’occasion est très vaste et en plus, niveau santé, c'est plutôt bénéfique : comme l’objet a déjà été utilisé, on a moins de perturbateurs et de produits chimiques présents dans notre intérieur . J’achète également en vrac, parce que j’ai la chance d’avoir une grande offre de magasins bio autour de chez moi.


Quel est le geste environnemental qui vous rend le plus fière ?

Je suis très fière d’avoir réussi à créer une marque qui propose des produits de la vie de tous les jours, cleans au niveau des matières premières et au niveau de tout ce qui est rejeté dans l’eau, une chose pour laquelle les laboratoires de cosmétiques et les consommateurs ne s’intéressent pas assez je trouve. Je suis fière d’avoir pensé la création de la marque de manière globale, de l’amont jusqu’à l’aval. Mais je suis toujours dans la réflexion, par exemple pour la consigne des flacons qui se fera peut-être un jour.


Pouvez-vous nous citer un acte, un mouvement, ou une personne qui vous inspire ?

Je pense que ce qui m’inspire le plus, ce sont ces personnes qui arrivent à aller jusqu’au bout de leurs convictions. Plusieurs mouvements m’inspirent beaucoup comme la permaculture, les éco-lieux, les écoles en forêt aussi, en somme, les personnes qui testent d’autres modes de vie et qui arrivent à sortir du système sans pour autant être complètement isolées.


Avez-vous quelque chose de personnel à ajouter ?

Oui, j’aimerais faire un point sur la culpabilité. Quand on commence à s’engager et à s’intéresser à l’écologie et tout ce qui touche de près ou de loin à une amélioration de notre vie en lien avec la planète, survint une énorme culpabilité et on peut vite rentrer dans un cercle d’anxiété. Il faut donc réussir à sortir de cette culpabilité et suivre un pas à la fois l’idéal qu’on s’est choisi, sinon, on est découragé et écrasé par les efforts qu’il reste à parcourir, ce qui est contre productif.



Je tiens à remercier Stéphanie pour avoir joué le jeu de cette première interview pour moi ; j'ai passé un excellent moment avec elle à parler de nos engagements communs et de nos idéaux, qui sont vraiment similaires malgré nos vies différentes. Comme je le disais en début d'article, c'est en parlant autour de soi et en découvrant des personnes comme Stéphanie qu'on se rend compte que nous ne sommes pas tout seul et que nos efforts ne sont pas complètements vains. Et surtout, cela pourrait aider quelqu'un à effectuer sa propre prise de conscience, et ça c'est cool.


Voici les liens des différentes plateformes où vous pouvez retrouver Stéphanie et sa marque :

Son site : https://wapi-beauty.com/

Son instagram : https://www.instagram.com/wapigreenbeauty/



Manon Saget-Lethias.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La lessive, mon premier geste engagé.

A tous les curieux de passage, je vous salue ! Aujourd'hui, j'aimerais partager avec vous l'histoire de mon premier geste zéro déchet, qui fut toute une aventure. Vous l'aurez compris, je fais à prése